LE BLOG DES SAINTMARONS

22 février 2007

Une autre fois, Sainte Foy de la vraie croix

Je l'écris encore, c'est si joli, une autre fois Sainte Foy de la Vraie Croix...

Comme de Montceau, André Frénaud nous écrit, aussi:arbres

"Ni lui ni l'autre...Je te chercherai

parmi les tapisseries déchirées de la nuit.

Seule avec mon silence profond comme un heaume.

Seule avec les pierres amoureuses de la lune.

Des chaînes au cou, un lasso dans les cheveux.

Les mines du remords éclairent un soleil froid."

Un ceibo à l'ombre duquel, hier, Julio Migno, nous écrivait.Ici au bord du fleuve. Sa fleur est l'emblème du pays...

                                                                                                                                                

_glise_4 Noirs de nuit

Ils attendent alignés

Tels des des harengs

Archi fumés

Les premiers céoles

Les visiteurs...

Cayasta 2007

"Grand âge, nous venons de toutes rives de la terre. Notre race est antique, notre face est sans nom...

...Grand âge, nous voici. Rendez-vous pris, et de longtemps, avec cette heure de grand sens.

Le soir descend, et nous ramène, avec nos prises de haute mer. Nulle dalle familiale où retentisse le pas de l'homme. Nulle demeure à la ville ni cour pavée de roses de pierre sous les voûtes sonores...

...Grand âge, vois nos prises: vaines sont-elles, et nos mains libres. La course est faite et n'est point faite; la chose est dite et n'est point dite. et nous rentrons chargés de nuit, sachant de naissance et de mort plus que n'enseigne le songe de l'homme..."

Saint John Perse

palo_2 Un tronc de paloborracho, piquet ou baton ivre

et l'arbre entier, en fin de floraison, il fait comme du coton...

palo

Mau_galerie

                                              

                                             

   

                                                C'est la colonie et ses galeries, une certaine façon, d'être au monde...                                                                                                                                                                                                                                                                                                 

 

                                                                                                                                                          

Pont_colgante    A Sainte Foy, le pont suspendu.

Laguna_guadalupe_2La Croisette, le long de la lagune                                  

charrette

Santa fe, c'est ça

Notre seule nuit à l'hôtel, les enfants découvrent avec émerveillement, que les réfrigérateurs sont pleins, ils se croient à Paris...

frigo

Une des fameuses verduleries de la ville maraichère et citrique, d'ici même, un lapacho prit son envol et traversa l'océan.

                               verduleria                        

Santa_Fe_028

un palo dans la ville, fait le beau...

Digue_2

tandis qu'à l'autre bord de la ville, on fait des digues de fortune, l'eau monte et monte...

Alors nous rentrons, comme chaque soir dans le crépuscule, tâchant de voir à travers la vitre, la partie de footballe, à la télévicon. Restant désepérément dans la peatonal, tandis que'on nous photographie.

(Il faut que je vous dise, car je le sais ce qui passait à la televicon, ce soir là, pas du fout du tout, mais une conférence de presse, de Virenque, déclarant son soutien à Sarkosyphage, pour ces raisons lumineuses, comme un atadecer dans la San Martin de Santa Fe:

"Quand il parle, on comprend tout" )

Nous aussi

hincha

Demain, nous allons à la gare, pour prendre le train.

Posté par bertuche à 09:45 - Commentaires [1] - Permalien [#]


21 février 2007

San Javier 3

Dia de la canoa:

Dernier jour à San Javier, nous partirons en canoë et descendrons ces fleuves, pas si impassibles, jusqu'à Santa Fe, voilà donc les témoignages des survivants:

...Timbo, laurel, curupi,

lancha_235

lindos ceibales en flor,

pago de todo mi amor

San Javier donde naci;

tierra de indio mocobi

borracho al aterdecer,

timbo, laurel, curupi

no he de morir sin volver

y he de volver a morir

en tus costas, san Javier...

Julio Migno (1915-1993)

                                         Timbo, laurier, curupi / jolis ceibales en fleur/ région de tout mon amour/ San Javier où je suis né/ terre de l'indien mocovi/ saoul au crépuscule/ timbo, laurier, curupi/  et je ne peux pas mourir sans être revenu/ être revenu pour morir/ sur tes côtes, San Javier.                                              

road_trip_007

A la proa, la navigatrice, briseuse d'étrave à défaut de ménage...

lancha_135

                                                                                  En el cielo, suspendido, el magnifico EDGARDO

lancha_073

Un monsieur qui a perdu son alliance en pêchant, et qui sonde...

lancha_158

Du linge mis à sécher, au devant d'un rancho près de l'eau qui monte, qui monte...

road_trip_004

Des irupés géants, qui font des fleurs de lotus

lancha_173

       le narrateur et son persécuteur...

Je ne sais pas pourquoi, mais toutes les journées se finissent par un soir. Je ne suis pas sûr qu'il était inévitable que cela soit ainsi.

Alors pourquoi? pourquoi?

Dans le silence de la nuit, j'attends que quelqu'un me réponde de façon satisfaisante. Je veux dire une réponse qui nous tranquilise tous, même le plus petit et démuni.

Mozo, mas ginebra; llene hasta los bordeslancha_197

ese vaso grande, pa'endulzar las penas;

llénelo, aparcero, llénelo sin asco,

quiero ahogar mi llanto con pura ginebra!...

Soit:

Garçon, encore du genièvre; remplis jusqu'au bord

ce grand verre, pour adoucir mes peines;

remplis-le, compagnon, remplis-le sans dégout,

je veux noyer mes pleurs avec du genièvre pur...

De nouveau Julio Migno, mais plus rigolo...

Y pa' terminar hoy, la vaca del dia,

la vaque de todas las vaques:

road_trip_022

Posté par bertuche à 16:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 février 2007

San Javier ses fruits et ses oiseaux

Alors, il faut dire aussi que souvent on ne fait rien. Et on regarde le ciel, les oiseaux, les arbres et les fleurs, et je suis ravi que cela ne fasse pas viril. Parce que depuis tout petit j'ai le sentiment de ne pas être à la hauteur, et franchement cela repose...

Ainsi chante mon très cher Arnaldo:

"Combien de fois, perdu en songes, n'avait-il pas débouché sur la même épaisseur forestière, irrépressible élan, écart qui le soustrait à la promenade et le mène à la lumière de la margelle d'un puits

où acquérir, source éveillée, l'invisibilité devant quelques feuilles

arrivé, revenu peut-être des lointains du temps. Reviennent

les populations d'un cimetière voisin du fleuve, la nuit les regroupe, elles accourent à l'éclosion d'une fleur, au meurtre du chiendent.

remèdes apportés de l'enfance"

Calveyra in L'homme du Luxembourg 1998

 

                                              lancha_240 Il est en voie de disparition, on ne le trouve plus qu'en Corrientes et entre Rios, mais je ne sais plus comment il s'appelle...

road_trip_034 Avocat, Aguacate

                       lancha_234Le cardinal et la figue                                                       road_trip_008 Entre les camalotes, ces petites fleurs blanches sur lesquelles marchent les grues blanches, elles aussi

Le fleuve tout près est aussi bien ainsi:

lancha_015

         

                                                                                                                                                    

lancha_200 ...qu'ainsi, c'est le ciel qui décide, avec l'inclinaison du soleil...

L'endroit de notre résidence, que les saintmarons connaissent:                                                                                                lancha_041                                                                                                                                                                                                                      lancha_093

Une grue, garza blanca...

Et comme on se sépare pour aujourd'hui, en guise de coucher de soleil, ceci, qui vient aussi avec le crépuscule:lancha_227

"Pendant notre sommeil apeuré viennent se presser contre notre corps, dans l'enceinte du lit, de petits soleils jaseurs qui nous réchauffent et nous préparent à l'épreuve glaciale du jour prochain.

L'insistance des animaux, les blâmes des fleurs sont à l'aube les premiers entendus. Tout ce qui est doué de vie sur terre sait reconnaitre la mort.

Gens d'orée, son mélodieux d'une matière immonde, dans la neige vos pas grandissent par flocons éparpillés."

René Char , ah, eh , j'oubliais,

Pas de jour sans vache, pas de vache tant sans pis pour la nappe FRENETIQUE...

lancha_179 Me llamo Barbarita y soy lechera...

Posté par bertuche à 12:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]

San Javier et le fleuve 1

"Le talus flambe encore où le soir s'est assis"

Jacques REDA (Juillet in Un calendrier élégiaque Fata Morgana 1991).

Il faut longtemps pour pouvoir écrire une phrase pareille...

Nous voici encore une fois à Saint Xavier, que les voyageurs de 2005 connaissent.

Au bord du fleuve dont les eaux ne cessent de monter depuis plusieurs semaines. Nous partons le lendemain de notre arrivée dans l'après midi déjà haute (il fait très chaud) en lancha avec Edgardo et Marcela.

Il a fallu rejoudre le fleuve à travers une nouvelle géographie dessinée par la crue. On ne voit plus le canal qui conduisait au large, les îles commencent à être submergées, les paturages sont recouverts d'eau.

lancha_236 Comme les parasols de la plage disparue

lancha_059 les camalotes qui dérivent

Partout la crue a fait que les peons ont rassemblé les bêtes, les adultes traverseront à la nage, les plus jeunes sur des bateaux. Tous les corrales des îles sont pleins de ces bêtes qui meuglent doucement.

Nous descendons sur une première île, ce qu'il en reste.

lancha_114 gaucho à cheval

Et autre gaucho, cette fois à pied:

lancha_121

Je voulais mettre une video du rodeo, mais le blog ne l'accepte pas...

Alors encore quelques images, une vache abandonnée, enlisée et de mauvais caractère:lancha_147

Et puis notre équipage:lancha_127

Il y a tant que je ne sais plus, alors, en vrac:

Photo_2_257 Maureen chassant le pirarucu

A propos de ça: ""...dont le pirarucu qui peut atteindre trois mètres et peser jusqu'à trois cents kilos..." Gérard Chaliand page 68 dans Confins de l'Eldorado. Franchement je n'aurais jamais cru que Chaliand connaisse et en plus parle du pirarucu...

Photo_2_294

Après le travail, dans une autre île, ils ont tué une bête, et un homme découpe la viande et préparera bientôt un asado. Ils dormiront là près de l'enclos où sont rassemblées les vaches, pour que personne ne puisse venir la nuit, en voler...

Photo_2_292

Scène au même endroit que la photo précédente

Photo_2_293

Celle ci aussi

Et nous revenons de même que tous les soirs dans un atardecer qui nous berce:

Photo_2_311

"Depuis l'auvent on regardait briller une brouette

Restée en travers d'une allée avec la grande faux.

La brouette était vide et la faux laissait, goutte à goutte,

Le temps suspendu choir dans l'herbe..."

C'est encore le solexman du Tronchat et d'ailleurs qui vous le dit.

Photo_2_320

A bientôt

Posté par bertuche à 11:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 février 2007

Corrientes nord

Nous sommes partis de Mi Querencia pour rencontrer presque le froid, un Parana agité avant de retrouver soleil et chaleur le dimanche.samedi_028

J'ai accompagné Delia, autre membre de la tribu Ferrando, elle vit dans un superbe appartement le long de la Costanera (croisette) de Corrientes au dessus du fleuve. Ici il est immense, je l'ai accompagné donc pour voter. Une sorte de plébiscite régional était organisé, qui, pour résumer, pouvait, devait donner la possibilté, jusqu'alors nonconstitutionnelle, au gouverneur de se présenter encore une fois.

Après avoir été en fin de matinée jusqu'à Paso de la Patria, station balnéaire au bord du Parana (première photo suivante, Délia est à droite), nous étions invités à déjeuner à Santa Ana, dans une maison tout ce qu'il y a de bien, et surtout entourée d'une végétation ressemblant furieusement à Iguazu, pour ceux qui connaissent.dimanche__2_

dimanche__37_

C'est incroyable comme ici, nous prenons des habitudes de luxe... Parfois j'ai un peu honte...

dimanche__25_      dimanche__11_

"Faites-lui mes aveux,

Portez mes voeux,

Fleurs écloses près d'elle.

dimanche__19_    

                               

dimanche__18_

Dites-lui qu'elle est belle,

Que mon coeur nuit et jour

Languit d'amour."

et encore

"Faites-lui des aveux,

Portez mes voeux,

Révélez à mon âme

Le secret de ma flamme!                                                dimanche__30_

Qu'il s'exhale avec vous

Parfums plus doux!"                                    

dimanche__24_

Enfin, tout ça, c'est dans le livret du Faust de Gounod, mais le vers suivant, et après cette indication: il cueille une fleur, est

"Fanée!...Hélas!" que je vous indique qu'il faut beugler, si possible avec l'accent teuton...

Rien de tel ici, même les indiens sont gentils... Ensuite, nous sont allés à la messe, enfin à Vespres, au pueblo de Santa Ana.

dimanche__43_ dimanche__56_

    

Et pour notre nuit, sans certitude que revienne le jour, quelques mots du vieux, si vieux Lorca, tué à l'aube par les franquistes:

Carmen va dansant 

par les rues de Séville...

Sur sa tête s'enroule

un serpent jaune,

elle rêve en dansant

aux galants d'autrefois.

Fillettes

tirez les rideaux!

Les rues sont désertes, et au fond l'on devine des coeurs andalous qui cherchent des vieilles épines.

samedi_078 Le rio depuis l'appartement de Delia

Ca a quand même une autre gueule que Gounod, non? 

Federico embrasse tous les gens de Saint Mamert...                                                

Posté par bertuche à 17:06 - Commentaires [2] - Permalien [#]


Estancia Ferrando 3 les choses

Mi_querencia_061 L'entrée de la grande maison

Mi_querencia_200 La terrasse à l'arrière de la maison

Mi_querencia_037 Le puit et la boucherie à l'arrière

Mi_querencia_035 La galerie

La mère Réda

Avait une grosse voix

Et habitait au Tronchat

Mi_querencia_044 Le fond de la gande salle

JLB

...M 'obsède en ce matin lourd comme un somnifère,

Avec l'oiseau qui balbutie et les nuages bas

Filtrant une douceur d'automne et, d'un autre hémisphère,

La lumière inconnue. Ainsi qu'à la fin des combats

Héroïques, un peu de pluie indécise disperse

Mi_querencia_094 La galerie du rancho des peons

Un bref rayonnement d'épée au fin fond des faubourgs

Où la plaine devient muettement poussière, où perce

Mi_querencia_050 La piscine

Entre deux notes de guitare un complot de tambours...

Jacques "Solex" Réda

Mi_querencia_104

Ainsi nous vous disons au revoir dans le flou de l'atardecer

Ainsi nous nous

Mi_querencia_192

effaçons doucement

caresse aux âmes tourmentées

nous ne serons plus qu'un cri étouffé

un petit oh de protestation aux mains des voleurs

de Retiro

ancien jardin de Madrid...

Posté par bertuche à 01:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 février 2007

Estancia Ferrando 2 les hommes

Trois peons (peones en fait) travaillent à temps plein, plus un couple chargé de tout ce qui est entretien des batiments et espaces autour et à l'intérieur de ceux cis. Ils ont deux enfants dont Brian que vous avez vu avec sa perruche.

Les peons:

Mi_querencia_118 le Rubio, le blond, meilleur cebador de la plaine, et grand ami de Maureen

Mi_querencia_083 l'abuelo, le grand père, grand ami de Maureen à qui il explique les plantes et leur vertu

Mi_querencia_084 Ici toujours et partout des couteauxMi_querencia_039 Les trois peons rentrent dans la plaine comme on se glisse au mitan dulit, dans des draps immenses, c'est le même plaisir qui déborde...

Mi_querencia_114

Ceci n'est pas une carte postale, c'est ainsi tous les soirs à Mi Querencia

noche_de_tormenta_010

Dans la nuit pampéenne,

et sous un orage indescriptible,

beauté à couper le souffle,

180° de l'intense et aveuglante lumière des éclairs sur la plaine.

Le vent et un mur de pluie qui se déplace à toute allure,

un mètre quarante d'eau tombée, quelques heures plus tard.

Blas,

le patchon comme les correntinos le disent,

parle de son travail et de son pays.

De son père, venu d'Uruguay, fondateur de la dynastie.

noche_de_tormenta_011

Anita Ferrando une des soeurs, qui vit à Mercedes, conversant avec une touriste

noche_de_tormenta_004

Et puis dans la nuit,

encore et toujours,

une princesse danse dans une robe de France

Posté par bertuche à 23:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Retour sur l'estancia Ferrando

Première partie: les animaux:

Voici quelques éléments complémentaires, agricoles et esthétiques concernant la propriété dite estancia, exploitée par Blas Ferrando pour son propre compte, celui de ses frères et soeurs et de sa mère.

C'est cette famille qui héberge Maureen et qui se distingue par ses qualités de coeur et de travail.

Mi_querencia_021

L'exploitation est ce qu'on appelle une cabaña, c'est à dire et dans ce cas, non pas une cabane mais un centre d'élevage de race pure. Ici, et en l'occurence, la race anglaise et à viande, Hereford (une des deux principales en Argentine avec les Angus). Le panneau à l'entrée, au bord de la route indique que la cabaña Mi Querencia ("l'endroit entre tous que je préfère") a été fondée en 1906, et qu'elle le berceau de la race Hereford dans le pays.

Mi_querencia_212 Un taureau Hereford

Mi_querencia_208 Un troupeau Hereford

Mi_querencia_095 Des veaux Hereford

veaux, auxquels on donne un complément alimentaire chaque soir, après avoir été les rechercher dans la plaine où ils se perdent, comme des petits poucets

Et des moutons aussi, comme s'il en pleuvait, race comme celles du sud du pays en Patagonie, c'est à dire avec beaucoup de laine et des animaux pas très gras...

Mi_querencia_167

Avec une bergère fée rosse, les moutons !!!

Et des chevaux pour travailler

Mi_querencia_131

Les criollos

Et qu'il faut débourrer, c'est la doma.

Il y a aussi des poules, des dindons, des chiens, des oiseaux, des perruches qui tombent du ciel en bouquet vert, des crapauds au caca d'insectes, des ñandous...

Mi_querencia_106 un pélerin

noche_de_tormenta_009 un zapo y su caca

Mi_querencia_147 une poule et Chantal (ou l'inverse)

Mi_querencia_074 Brian et sa lora perruche

Et comme un hymne à une certaine vieille agriculture:

"Printemps

de gauche à droite

ou de cour à jardin

égrener le chapelet du vocabulaire

et malaxer chacun de ses grains

pour qu'il devienne fruit mûr

sinon germe d'étoile.

Michel Leiris

samedi_001

Plan de l'estancia Mi Querencia

Mi_querencia_141 un ñandou et son agneau

Posté par bertuche à 15:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Tard dans la nuit correntine

Dans la nuit correntine, nous pensons á vous qui nous oubliez...

samedi_080 Le pont á Corrientes á 19 heures

Alors depuis le dernier courrier, nous avons eu un accident qui aurait pu, du très mal finir mais le Gauchito nous a sauvé.

Mi_querencia_076

Nous avons passé deux jours á l´estancia " Mi Querencia", querencia vient de querer qui veux dire aimer, mi querencia est "l´endroit que je préfère á tous les autres".

Mi_querencia_209 Un homme au travail 2

Moi aussi. C´était comme dans un film, mais en mieux parce que c´était en vrai. Nous avons fait un stage agricole, vu des couchers et des levers de soleil interdits au commun des mortels. Nous avons eu l'impressiom d´être unique et que le ciel et la terre nous caressaient.

Donc des vaches, des moutons (plusieurs centaines traités: castrés, triés, soignés etc, des chevaux, des dindes, des chajas, des ñandous, des oiseaux de toute sorte...).

Et cette nuit un orage de plusieurs heures qui a illuminé la pampa. un mètre vingt d´eau était tombé quelques heures plus tard.

Mi_querencia_121 Maureen et son ami le Rubio

Il y a ici quelque chose qui nous dépasse, et cèst á la fois un soulagement et une angoisse insistante.

Posté par bertuche à 07:04 - Commentaires [2] - Permalien [#]

14 février 2007

La terre est plus plate qu´on ne croit

Nous revenons du Bresil avec ses plages, ses filles incroyables et ses cafés.

Mais comme on m´a reproché d´écrire comme un vulgaire copiste du Progrès ou du Journal de Saone et Loire, je décrète aujourd´hui jour de la vérité ou de la poésie, ce qui revient au mesme.

Volvemos de Brasiou con sus playas, sus minhas y su cafe molto bom...

Pero como me reprocharon de escribir como cualquier periodista de la Pravda argentina (quiero decir Clarin) decreto hoy dia de la verdad o de la poesia, que es la misma cosa...route_Ibera_022 chasse de la lora

route_Ibera_019 toro brana

En los pasos de Macedonio, Felisberto Hernandez, Jota Jota, Juanele, Arnaldo Calveyra y unos otros...

En los pasos d´Isidoro Ducasse el uruguayo del "vieil océan"

En los pasos d´Alejandra:

"Criatura en plagaria

Rabia contra la niebla

Escrito      en      el       crepusculo

contra       la      opacidad

No quiero ir

Nada mas

que hasta el fondo

oh vida       oh lenguaje       oh Isidoro"

setiembre 1972

Pour les "franchutes":

Petit enfant en prière

Rage contre le brouillard

Ecrit      dans     le     crépuscule

Contre      l´      opacité

Je ne veux

Rien de plus

Qu´aller

Jusqu´au fond

Oh vie       Oh langage       Oh Isidore

Alejandra Pizarnik

Paso_de_los_libres_070 coopé d´Uruguaiana au Brésil

Paso_de_los_libres_101 balneasura de Paso de los libres

"Il a perdu le passé

dans une longue ligne

d´asphalte

S´est mu dans une géométrie

En carré

en carré á l´infini

A l´infini et en carré.

A essayé de monter

sur ses propres épaules

pour attraper l´avenir,

mais seul,

un ineffable sourire,

lui est venu.

De sa tendre tristesse,

il a fait un masque de courtoisie

et d´attention.

A enterré, aussi profond qu´il le pouvait,

la violence de son coeur.

Il a abandonné toutes les réalités,

l´espace et le temps,

pour ne plus surveiller

que la plaine.

Guettant la mort, avec le retour des Mocovis,

qu´il sait

inévitable."

Y pa´a los argentinos:

"Ha perdido el pasado

En una larga recta

De asfalto.

Se movio dentro de una geometria

Cuadrada.

Cuadrada hasta el infinito

Una vez, pues todas las veces del mundo.

Ha intentado de subir a sus propias espaldas

Para prender el futuro.

Pero solo, le venia

Una indicible sonrisa.

De su cariñosa tristeza,

Hizo una mascara de cortesia

y de atencion.

Ha enterado, tan profundamente

Que le podia,

La violencia de su corazon.

Abandono todas las realidades.

Espacio y tiempo,

Para cuidar

La llanura.

Vigilando a la muerte,

con la vuelta de los Mocovies, que, el sabe

Inexorable.

A bientôt, hasta pronto...incendio_2

Cementerio__16_

Posté par bertuche à 15:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]